top of page

Alaska 2 : Denali National Park

A la sortie du bateau à Seward, un bus nous attendait pour la suite de l'aventure. Notre guide Tall Paul a vite mis le cadre en place et avec son humour tranchant, nous a fait comprendre que la ponctualité nous assurait la tranquilité!

Tall Paul a passé les 15 derniers hivers en Alaska. Il a commencé par ouvrir un camion à pop corn et a continué avec toutes sortes de boulots sur la mer comme sur la terre. Il a des tas d'histoires à raconter et connaît bien les lieux.


Nous avons pris l'autoroute ( la seule et l'unique) pour Anchorage et avons fait un arrêt dans un centre nature. Maintenant que le voyage est derrière nous, je suis contente de dire que c'est de cette façon que nous avons pu voir un ours de si près!

Ces animaux ont souvent été abandonnés ou perdus et sont ainsi élevés en captivité.

Nous avons vu des élans, des wapitis, un renard blanc, des ours bruns, des ours noirs, des rennes, des loups, des bisons.




Nous avons poursuivi notre route en direction d'Anchorage mais notre hotel, le Hilton!!! Messieurs, dames, n'étaient pas prêt. Notre chauffeur, Marisa, nous a donc emmené du côté du Hoods, le lac qui permet aux hydravions privés ou de société d'amérir. Beaucoup ont des cabanes isolées dans les montagnes et utilisent leur propre moyen de locomotion. Notre chauffeur était originaire d'Alaska, venait de finir ses études d'infirmière et faisait ce boulot en plus pour le plaisir...Encore une américaine qui a plusieurs flèches à son arc!


Le lendemain était une journée bien chargée. Le Hilton ne fournit pas le petit- déjeuner pour ses hôtes. Il fallait donc trouver un endroit ouvert à 7h du matin et nous avons trouvé une boulangerie française!! Nous avons ensuite fait la route jusquà Denali, environ 4h, avec un arrêt dans un supermarché pour acheter le pique-nique. A midi, nous sommes montés dans un autre bus qui nous a emmené dans le parc national lui-même. Nous avons fait quelques arrêts pour observer un refuge que les rangers utilisent encore l'hiver pour traquer les braconniers. Ils se déplacent bien sûr avec leurs chiens de traîneaux! Au second arrêt, nous avons rencontré une jeune native d'Alaska qui a expliqué comment sa tribu garde les traditions et notamment comme sur la photo, la fabrication des paniers en écorce de boulot pour transporter le feu ou encore pour pêcher en construisant des roues à poisssons.




Nous n'avons pas eu la chance d'apercevoir d'animaux sauvages mais nous avons trouvé des crottes d'élan dans la toundra qui dataient de l'hiver. Ils ne mangent que du bois, la guide m'a surprise en ramassant la crotte et en la cassant en 2 pour nous montrer. On a vu des branches cassées également car ils tirent sur les feuilles avec leurs seules dents du haut.



Chaque année en Alaska a lieu un concours de lancer de crottes d'élan, c'est une oeuvre de charité. Les crottes sont lancées d'un avion, la plus proche et la plus éloignée de la cible sont les gagnantes!

Ils en font aussi de ravissantes boucles d'oreilles.....encore pour la bonne oeuvre!


Nous avons ponctué cette journée par une petite balade dans la toundra à côté de notre logement appelé le Grizzli bear.

Encore une fois, pas de petit déjeuner dans l'hôtel. Ils tirent les prix au maximum. Sur le parking de l'hôtel, on a trouvé un food truck mexicain...et on a évité le burrito en leur achetant des cinnamon rolls, des roulés à la cannelle et des chocolats à l'eau...C'est passé!







Le lendemain, nous sommes redescendus à Talkeetna. Un petit village boosté par le tourisme mais avec un intérêt tout particulier: c'est le point de départ des montagnards pour le Mont Denali anciennement appelé le Mont Kinley. Le 3ème sommet le plus difficile du monde à cause des températures et des blizzards imprévisibles. Les courageux partent de la maison des rangers qui s'assurent qu'ils ont l'équipement et les moyens physiques d'essayer!! et oui, car 50% d'entre eux ne finissent pas la montée!

Plusieurs rangers sont stationnés un mois en haute altitude l'été pour aider les alpinistes.

Ceux-ci partent en avion puis la montée dure 3 semaines, avec des pauses obligatoires et des conditions de vie extremes. Une règle est obligatoire sur cette montagne: les hommes ne doivent y laisser aucune trace et tout emporter y compris leurs excréments. Ils passent donc obligatoirement par la maison des rangers pour récupérer puis laisser leur canule:


Enfin, nous sommes rentrés à Anchorage en train. C'est un peu moins spectaculaire pour des européens mais pour les américains, c'est une aventure.


Cette partie du voyage n'a donc duré que 3 jours. Ce n'est pas notre tasse de thé de passer autant de temps dans un bus et de plus, c'est fatiguant. De retour à Anchorage, les enfants ont eu besoin de se détendre et de se reposer. Nous avons dit au revoir à Tall Paul et avons écouté ses conseils précieux pour notre dernière semaine en Alaska.